A mon propos

Aux sources de mon engagement

 

Mon intérêt pour les problématiques de migration, de fuite et d'asile est né d’une collaboration avec l'organisation française Cimade à Marseille. Entre 1999 à 2001, j’ai eu affaire quotidiennement à de nombreuses personnes issues de différents pays – Algérie, Rwanda, Cameroun, Irak, Sierra Leone, Kosovo – venues en France dans l’espoir d’y trouver une protection et de meilleures perspectives de vie.

 

J'ai écouté de nombreux récits des demandeurs d'asile sur les raisons de leur fuite, les routes de la migration, leurs espoirs et les conditions d'accueil en Europe. Mon rôle consistait à être à leur écoute et très réactif pour les aider à remplir la demande d'asile, les tenir informés sur les progrès de la procédure et les accompagner auprès des autorités publiques et des services sociaux compétents.
  
Études supérieures

Après mon expérience à la Cimade, je suis retourné dans ma ville natale de Berlin pour poursuivre des études en sciences sociales et économiques à l'Université Humboldt (2001-2006). Pendant toute cette période, j'ai travaillé intensément sur le thème de la migration et de l'intégration. Parmi les autres domaines de spécialisation j’ai étudié le processus d'intégration européenne, la sociologie des conflits / mouvements sociaux et la mondialisation du monde du travail.

 

Entre 2004 et 2005, je suis retourné poursuivre mes études en France dans le cadre d'une année d'échange à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris (IEP). Cette période fut marquée par de vifs débats et des controverses sur l'avenir de l'Union européenne, et en particulier autour des questions centrales de la mobilité intra-européenne et la solidarité, thèmes majeurs auxquels j’ai consacré ma thèse de diplôme.

Au cours de mes études doctorales à l'Ecole supérieure des sciences sociales de Berlin (BGSS) et au Centre de recherche franco-allemand Marc Bloch (CMB), j'ai étudié la question de l'émergence de la solidarité transnationale entre les syndicats en Europe (2007-2014). Dans le cadre du projet de doctorat, j'ai effectué plusieurs séjours d’études à l'étranger à Pékin (2008) et à la London School of Economics (2010). Dans le cadre du programme de doctorat, j'ai également consacré une partie de mes travaux à l’approfondissement des méthodes des sciences sociales (interviews, méthodes de recherche), à l'enseignement, la gestion du temps et à la rédaction selon les normes académiques.
  
Parcours professionnel

Pendant mes études j'ai commencé à travailler comme auteur et éditeur de la revue "Migration und Population" (fondée en 2001), dont j'ai repris la ligne éditoriale entre 2009 et 2013. Parallèlement, j'ai suivi de plus près les tendances et les résultats de la recherche, ainsi que les débats publics et les processus de prise de décisions politiques en Allemagne, en Europe et dans d'autres pays, en produisant par la même occasion un certain nombre d’articles pour les médias.
  
J'ai travaillé au cours de mes études universitaires sur deux projets de recherche. D'une part, en tant qu'étudiant membre du projet de recherche DFG «Circonscription sociale de l'UE» à l'Université Humboldt de Berlin, en charge du codage des données avec Claims Analysis (2006) sous la direction du Prof. Dr. Klaus Eder. D'autre part, j'ai participé au projet de recherche international «Conceptions ordinaires des citoyens européens» (2006-2008), en effectuant des entrevues formalisées et évaluées sous la direction du professeur Daniel Gaxie (Sorbonne, Paris).
  
Depuis 2008, je suis chargé de cours à la Humboldt-Universität à Berlin, où j’enseigne la sociologie de l'européanisation, les modèles de relations industrielles et la politique migratoire. Depuis 2015, j'assure aussi régulièrement un cours sur la politique européenne des réfugiés.
  
Entre 2011 et 2012, j'ai travaillé comme conseiller auprès du responsable de l'intégration au Sénat de Berlin dans le cadre d'un projet européen sur les politiques d'intégration dans les grandes villes («Mixities»). Coordonné par le réseau des villes européennes Eurocities, ce projet m’a conduit à développer un outil qui permet aux villes d'évaluer avec précision leurs politiques en matière de diversité. J'ai également aidé un groupe de représentants de plusieurs villes (Barcelone, Oslo, Stockholm, Helsinki, Dublin) à se familiariser à l’usage de cet outil dans le cadre d'une évaluation entre pairs, à partir de l'exemple de Barcelone.
  
De 2013 à 2015, j'ai été chercheur au Conseil consultatif allemand sur l'intégration et la migration (SVR). À ce titre, j'ai participé à plusieurs études sur la migration internationale. Mon travail à la SVR concernait la politique d'asile allemande et européenne, les voies de migration légales, les migrations internes européennes et le comportement migratoire international des citoyens allemands. J’ai également travaillé sur le rapport annuel SVR, et contribué à la rédaction des chapitres sur la migration irrégulière, les politiques d'intégration, les politiques de migration de main-d'œuvre et l'éducation religieuse dans les écoles. Une partie de ma mission consistait également à diffuser les résultats de la recherche dans des conférences.
  
Entre 2015 et 2016, j'ai travaillé comme consultant à l'agence onusienne pour les réfugiés (HCR) où j’ai effectué une étude sur la mise en œuvre des modes de prise en charge humanitaire des réfugiés syriens en Allemagne. Cette étude m’a conduit à réaliser des interviews qualitatives auprès des réfugiés syriens, autorités locales et ONG, donnant lieu à l’évaluation et la formulation de recommandations sur les politiques élaborées.
  
Activités de chercheur et consultant indépendant

J’exerce, depuis 2016, une activité de chercheur et consultant indépendant en migration. Ce site fournit un aperçu de mes publications ainsi que des conférences, ateliers et débats auxquels j’ai participé.

Depuis Avril 2017, je travaille sur le projet de recherche comparative paneuropéenne MIGRATE qui examine les effets du vaste afflux de migrants des années 2015/2016, à la fois sur les différentes sociétés européennes et sur le processus d'intégration européenne. Depuis l'été 2017, je me consacre à la rédaction d’un article sur « l’État de l'art » relatif au régime des réfugiés et la répartition internationale de la responsabilité dans le cadre du projet « Fuite : recherche et transfert ». En outre, je travaille comme consultant pour la Société allemande de coopération internationale (GIZ) sur diverses questions de politique de migration.
  
Je suis membre du Réseau de recherche sur les réfugiés, ainsi que de la Rédaction des blogs de recherche sur les réfugiés et du Réseau Migration en Europe